Menu Fermer

[Action] Protection des nichées d’outarde canepetière

L’outarde canepetière, de la taille d’une poule faisane, est un des plus prestigieux oiseaux des plaines de Poitou-Charentes. Notre région a un rôle fondamental à jouer pour sa préservation car après avoir subi un très important déclin, sa population demeure fragile.

L’outarde fait l’objet d’une recherche des nichées par drone en vue de leur protection. C’est l’une des 10 actions du Plan National d’Actions Outarde. Elle est financée par la DREAL et le Conseil départemental de la Vienne. C’est une action complémentaire des mesures agro-environnementales mises en place avec les agriculteurs, qui permettent de créer des habitats favorables à la reproduction et à l’alimentation des oiseaux de plaine dont l’outarde. 13 des 16 nichées découvertes étaient dans des parcelles engagées en MAE, ce qui confirme l’importance de ces parcelles.

Bilan provisoire de la recherche 2020 au 10/07 :
>> 16 nichées trouvées (11 en Vienne et 5 en Deux-Sèvres)
>> 13 femelles accompagnées de poussins de moins de 10 jours et 3 femelles couvant des œufs.
>> Pour les femelles qui couvent, la protection consiste à remplacer leurs œufs par de faux œufs pour mettre en sécurité la ponte et éviter une prédation. Les « vrais » œufs sont conservés à l’élevage conservatoire de Zoodyssée*, puis ils sont remis sous la femelle juste avant éclosion.
Cette année, un des nids avec des faux œufs a été prédaté (le prédateur a du se casser une dent !), heureusement les œufs de la femelle étaient en sécurité.
Pour un autre nid, 2 vrais œufs ont été remis sous la femelle et 2 autres conservés à l’élevage.
En effet, une femelle d’outarde ne peut pas élever 4 poussins jusqu’à leur envol. Il manque de la nourriture pour les poussins qui sont très gourmands en criquets (200 criquets/jour/poussin !). Généralement, une femelle parvient à élever 1 ou 2 poussins. Prélever 2 œufs n’a donc pas ou peu d’impact sur le succès reproducteur naturel et permet, au contraire, d’augmenter artificiellement la productivité des femelles.
Par ailleurs, 2 des 13 nichées avec des jeunes poussins étaient dans des parcelles non MAE, donc non concernées par un retard de fauche. Nous avons pris contact avec les agriculteurs pour retarder les interventions sur les parcelles.

À gauche, des faux œufs d’outarde sont déposés dans le nid. Au centre, éclosion d’une jeune outarde. À droite, les vrais œufs sont rapportés à la femelle avant éclosion.
Photos : Benoît Van Hecke et Cyrille Poirel

* L’élevage conservatoire de Zoodyssée relâche chaque année une trentaine de poussins issus de la reproduction de l’élevage.

(Photos non libres de droit)

En haut, mâle d’outarde canepetière. Photo : Alain Boullah